Qui a dit qu’être une femme c’était facile ? qui ?

Salut,

J’espère que tu vas bien ? Que tu as passé une très bonne semaine. Moi, comme d’hab’ au top ! Le temps passe si vite. Le 19 septembre c’était mon anniversaire…. ce qui m’a replongé encore une fois en enfance, mais plus exactement durant ma période adolescente. Tu sais, cette période des boums (un de mes films préférés après L’Etudiante – j’aime beaucoup #SophieMarceau).

L’adolescence, parlons-en… surtout pour les filles…

Mais avant une petite aparté … La semaine dernière, je suis allée faire un tour dans une boutique de décoration (j’en suis plus fan que les chaussures et les sacs)… et là, je rencontre un mec que je vais nommé FECP (ben oui, je suis obligée de garder son anonymat, bien qu’avec les vacheries qu’il m’a fait, hum…. je vais réfléchir…. du coup) qui m’a replongé quelques années en arrière…

Je vais commencer mon histoire par : « il était une fois… » une jeune fille black, avec un appareil dentaire (bon c’est cliché, mais c’est trop ça). Plus grande que la plupart de ses camarades de classe. Aucun style, mes parents me refilaient la plupart du temps, les vieilleries de ma cousine, à qui j’aurai pu dire merci aujourd’hui, car c’est la tendance du jour, mais pas à cette période-là 🙁

J’étais amoureuse, d’un grand ROUX – oui un grand ROUX avec des tâches de rousseurs (attention, je n’ai rien contre les roux, mais uniquement contre lui, Dieu merci, plus maintenant quand même !), ce qui est très sexy chez les filles, mais pas chez lui. C’était mon voisin à l’époque, il habitait la maison à coté de la mienne. J’étais tellement folle de lui, que même ma mère l’avait grillé je pense, elle avait la fâcheuse habitude de faire de la purée de carotte (les parents normaux font de la purée de pomme de terre non ?).

Comme il était dans ma classe, je le voyais tous les jours. Je pense qu’il savait que je l’aimais, pourquoi ???? des indices :

  • Tu as fait tes devoirs, j’ai pas eu le temps, je peux copier sur toi s’il te plaît ?
  • On a contrôle, je peux me mettre à côté de toi s’il te plaît ?
  • Tu me prêtes ton vélo s’il te plaît ? Je vais en faire avec ceux de la classe… Toi ben non puisque tu vas me prêter ton vélo
  • Tu me donnes ton goûter…oui oui ton super kinder

J’arrête la liste, c’est trop humiliant… Je pense que tu as compris l’idée générale (crois-moi, même Bridget Jones n’aurait pas aimé être à ma place). Revenons au moment où je suis dans la boutique, je vois un mec qui me regarde avec instance… Je trouve ça bizarre mais ne calcule pas. Ma tenue du jour : Basket, chinos, chemise et foulard avec un top gilet de chez Comptoir des Cotonniers (je n’achète plus beaucoup mais j’achète bien). Coiffure en mode headband (c’est ma coiffure préférée). Inutile de te dire qu’on est loin des années collège. Et là, soit il est fou, soit il a pris son courage à demain, il se dirige vers moi et me dit « Kamille ???? » Je transpire, je me dis en plus je le connais, c’est pas possible ???? Sans doute un ancien collègue de boulot ? Je lui réponds très méfiante en lui demandant s’il est devint ou si on se connait ?  (je n’ai pas de collier avec mon prénom écrit dessus) et il me dit, c’est moi Franck (bon, j’ai décidé qu’avec les fâcheries qu’il m’a faites j’ai le droit de donner son prénom) ! Il me répond naturellement genre cool, mais si, c’est moi, Franck, nous étions dans la même classe en ——-, et comme si la situation n’était pas assez gênante, il rajoute : « TU SAIS, TON AMOUREUX » !!!!! Je le regarde et ça retentit dans ma tête (s’il y a un pompier dans le magasin, c’est maintenant ou jamais) il en a lui une drôle de vision de l’amour !

Il continue en mode : « ton visage n’a pas changé » (ça c’est vrai, mais sans appareil dentaire et une plus jolie coiffure), bon, faut être franche, surtout dans ces moments-là,  je lui dis : « désolée je n’ai pas très bonne mémoire ». Le mec ne doute de rien, il me rappelle à mon grand désespoir toutes nos péripéties (enfin, il les met au pluriel, mais à l’époque j’étais bel et bien seule, sauf dans ma tête quand je m’imaginais dans ses bras). Et là, il ose (oui tu as bien lu, il ose) « tu as bien changé, tu es très jolie, beaucoup mieux qu’avant, t’as quelqu’un dans ta vie ? ça te dis de boire un verre ? »

Bon soyons diplomate, je vais faire la méthode de mon père, je vais y aller en douceur, on sait jamais s’il est fou ? Ma réponse : « Là maintenant ? Je ne peux pas, j’ai rendez-vous » (jusque-là c’était courtois), mais après ça se gatte, le mec, toujours aussi sûr de lui, me dit, « laisse tomber ton rendez-vous, on ne sait jamais, il peut y avoir – PLUS SI AFFINITE  » mais il a menti…………… Tu te demandes ma réponse ? Toujours en douceur, je lui réponds : « Tu m’as l’air bien gentil, si tu es comme dans mes souvenirs, mais juste toi et moi, en mode Adam et Eve, il n’y aurait jamais eu de descendant sur la Terre ». J’ai eu de la chance, il a été trop choqué pour répondre quoi que se soit ! Je suis partie comme une princesse sans me retourner, juste avec la main qui bouge de droite à gauche. Je sais, c’est pas très chrétien, mais quand même.

Si tu es sensible la suite de l’article n’est pas pour toi.

Revenons à l’adolescence, époque pas très facile, je ne sais pas pour toi, mais moi un vrai bouleversement hormonal, qui s’est répercuté jusqu’à maintenant. On commence généralement par la poitrine, au début, un doux rêve (on est comme les filles du lycée) et après, une fois qu’elle est bel et bien là, que tu cours pour attraper ton RER et que tu pries pour ne pas en laisser un sur le quai, tu réalises qu’il faut faire très attention à tes prières.

Après la poitrine, les règles (comme je n’ai pas le droit aux insultes sur le blog, je ne le fais pas, mais c’est pas l’envie qui m’en manque). Au début de ma puberté j’ai eu des règles hyper douloureuses, mais vraiment à s’en taper la tête contre le mur. Ma mère m’a emmené chez sa Gygy qui a dit tout naturellement : « mais c’est normal madame, nous allons lui donner quelque chose ». J’ai pris son traitement pendant une année, mais j’avais toujours aussi mal, et pendant trois ans, nous sommes allées la voir jusqu’à ce qu’elle me donne la pilule (GROSSE ERREUR). Car, après 5 ans sous pilule, la douleur est revenue et de plus belle, donc j’ai cumulé pilule et anti-douleurs. Tu imagines les conséquences à long terme. J’ai gardé cette souffrance jusqu’à mon mariage. Parfois, j’avais tellement mal que j’allais aux urgences et j’étais mise sous morphine. Puis, avec les années tu fais avec. Le temps passant, mon mari et moi avions décidé de faire un bébé. Malheureusement pour moi, nada (là, c’est le moment où tu peux être triste, mais pas trop longtemps car grâce à Dieu, je suis très heureuse de ma vie) ! J’ai rencontré plusieurs médecins sans résultat. Un jour, en PMA (Procréation Médicalement Assistée), j’ai été orientée vers un professeur (LE professeur DARAI) :  il m’a sauvé la vie ! Il a commencé par me dire que je n’étais pas folle et que : « les règles, c’est pas naturel, la douleur – Non ! ça ne doit pas faire mal ! » Il m’ a demandé ce que j’avais d’autre comme symptômes :

  • saignements en dehors des règles et très abondants pendant
  • fatigue perpétuelle accompagnée d’un mal de crâne (et non ce n’est pas du chiqué)
  • constipation perpétuelle
  • troubles digestifs
  • brûlures urinaires (mon ancienne Gygy passait son temps à me dire que c’était normal, genre cystite chronique)
  • sciatique (douleur irradiant dans la jambe)
  • phlébites bi laterales

Et ajouté à ses symptômes :

  • infertilité : la maladie est souvent révélée à l’occasion d’un bilan de fertilité

Le verdict tombe j’ai une endométriose

 

Mais qu’est-ce que c’est ??????

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse. S’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne : ce sont les règles.

Chez la femme qui a de l’endométriose, des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus, provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine, peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

Elle touche potentiellement toutes les femmes réglées. Et lorsqu’on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques.

L’endométriose est une maladie complexe. On a même coutume de dire qu’il n’y a pas une mais « des » endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre…

Il n’existe pas de certitudes concernant l’endométriose si ce n’est qu’elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre.

Aujourd’hui, l’endométriose est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de cinq années, durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes. Selon les sources, cette maladie toucherait de 1 femme sur 20 à 1 femme sur 10 (source endofrance).

Ce n’est pas un cancer parce que ça ne tue pas, mais les symptômes sont nombreux.

Pourquoi sur un blog comme le mien j’ai décidé de m’ouvrir à toi, surtout sur un plan aussi personnel et intime ?

Voyons pourquoi :

  1. Parce que ça touche une femme sur 10.
  2. Que ce n’est pas connus.
  3. Que ça te coupe du monde tellement tu as mal parfois
  4. Que les symptômes sont si divers et variés en fonction des femmes qu’on ne les connait pas tous
  5. Que ton entourage peut te prendre pour une personne lunatique, alors que tu es juste dans la douleur
  6. Que la migraine tout le monde connait, mais ce n’est pas pris au sérieux
  7. Parce que si j’avais entendu parler de cette maladie avant j’aurai peut-être (ou pas) des enfants
  8. Parce que ce n’est pas facile d’être heureuse (sans Dieu) avec cette maladie
  9. Que la douleur est invisible, donc pour certaine personne n’existe pas
  10. Et qu’il n’y a pas de vrai traitement, donc à vie (en fonction des stades)

Je pourrais en mettre beaucoup plus, mais il y a 10 commandements dans la Bible, Dieu savait qu’on ne lirait pas au-delà. Les appliquer c’est déjà tellement difficile (mais aller, on s’encourage).

Les trois conseils que je peux te donner :

  1. Si tu as des symptômes similaires, va consulter sans tarder
  2. Va faire un tour sur le site endofrance
  3. Les règles ne sont pas censées faire mal, donc parle avec ton médecin, ce n’est pas forcement une endométriose (fibrome, kyste…)

Je pense que le site Endofrance, tenu par des spécialistes, sera plus apte que moi à te parler de cette maladie, car d’une femme à une autre c’est tellement différent, il ne faut pas non plus s’imaginer des choses. Mais je voulais partager cet épisode de ma vie avec toi et faire connaître ce fléau qui n’est pas connu.

J’espère que tu reviendras sur mon blog, l’avenir sera plus sympa, mais il faut bien que je sois sérieuse de temps en temps.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi

35 commentaires

  1. Hello kamille tres bel article. Tu as reussi à m’arracher parfois des larmes ou un sourire et par la meme occasion j’ai appris des choses. Pleins de trucs à la fois dans un meme texte. Franchement bravo! D’ailleurs on en apprend toujours sur ton blog et c’est super. Je suis tout aussi contente de savoir que tu es heureuse. Je te soutiens ma belle. Sois plus forte que tu ne l’es déjà. Je t’encourage beaucoup et j’adore ton blog. Je te fais de gros gros bisous.

    1. Merci beaucoup pour ces paroles encourageantes, j’espère que d’autre filles apprendrons des choses, mais attention, j’averti il ne faut pas psycoter

  2. Comme si on ne souffrait déjà pas assez. Tu es très courageuse car tu gardes le sourire. Dieu te prête vie donc profite au maximum. Reste toujours la même !!!

    1. Merci beaucoup et surtout d’avoir lu et de comprendre, car le but n’est pas de faire pleurer dans les chaumières, mais juste informatif

  3. j’ai une connaissance (proche) aussi qui souffre de cela, et qui n’a pas pu avoir d’enfant elle aussi..elle aussi a subit énormément de traitement et dit avoir beaucoup souffert et mm jusqua aujourd’hui et elle a la 50ène…elle, elle a tous les symptômes des doubleurs de règle durant sa période de menstruation mais sans avoir ses règles, c’est a dire que le sang ne coule pas… elle me dit qu’elle attend d être menauposée c’est a ce moment la parait il quelle pourra avoir du repos…selon se que disent les médecins. c’est vrai que c’est une maladie très peu connu et sa joue énormément sur le morale, il faut être fort pour pouvoir encaisser tout ça…. Merci pour article je trouve que c’est bien d’en parler…En tout cas tu as des articles assez sympas.. continue comme sa. 😉
    bisou Princesse

    1. Merci je suis très contente, pour être franche je ne savais pas si je pouvais écrire sur le sujet, mais dans ce blog il y a une partie de moi et l’endo est une très grande partie de moi. Merci de prendre le temps de lire mes articles, c’est plaisant de ne pas écrire que pour soit 🙂

    1. merci beaucoup, tous les messages reçus (MP ou pas) m’ont fait un bien fou et je me rends compte que beaucoup de filles sont touchées. Je n’ai plus de regret de m’être mise à nue

  4. Wahou, … on passe du sourire aux larmes, puis on revient au sourire en lisant que maintenant tu es heureuse. Ton article est intéressant car perso je connaissais peu, ou mal, tous les symptômes cette maladie. Tu es une battante, et tu as réussi à transformer ce combat en force. Bravo à toi !

    1. Merci une vrai thérapie en plus cet arcticle, et merci pour ce message et tous les messages privés, et maintenant je sais que l’avoir écrit à permis à trois fille de déceler leur maladie je me dis wouahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

  5. Tu es tellement forte vivre avec ca toutes ses années, que Dieu continue de te soutenir, gros bisous et merci pour cet article ou l’on apprend de cette maladie

  6. Ma très chère kamille,

    C’est avec beaucoup d’émotions que je viens de lire ton article, ton témoignage.

    Il faut une grande capacité d’analyse pour évoquer des faits si personnels sans tomber dans l’intime et encore moins dans le pathos.

    Tout d’abord; ta plume est douce, instinctive.. amener un sujet si délicat par un récit drôle de primes abords qui fait écho à toutes expériences passées de Meuf est un procédé extrêmement fin.

    Tu y mêle l’humour des filles malodroites, les références de fashionistas qui plairont aux lectrices de blog, puis relate une story de nos vies que nous avons toutes vécus..
    inévitablement ; on d’identifie.

    Comme nous toutes; je suis émue par la confiance que tu nous témoigne mais surtout par la dimension empathique de ta démarche à travers cet article.

    Rien est hasardeux, en psy ou dans le domaine de la spiritualité : nous évoquons le principe de synchronicités pour parler de ce que l’on nomme communément  » coïncidences..

    Et bien Hier; nous discutions toi et moi; les synchronicités nous ont menées sur le sujet de la maternité.
    Il s’agit du sujet majeur de mon introspection ces derniers temps; être mère n’est pas une fin en soi..
    et c’est d’ailleurs l’objet de certains de mes questionnements quand 15 ans plus tard je vois mon fils devenir homme..
    Depuis une autre grossesse non menée à terme ; je suis ce que l’on appelle joliement une  » mam’ange » et depuis je n’ai pu tomber enceinte.

    Cette heureuse synchronicité n’ayant d’égale que notre belle rencontre virtuelle me mène à cette prise de conscience; et si comme kamille il y aurait un mot sur ces maux.

    Le dernier pour finir sera celui..

    MERCI

    1. ton message me touche beaucoup(et le mot est faible, mais le mot approprié serait Dynamite), c’est avec amour que je lis ce message. je n’en dirai pas plus par écrit mais merci encore d’avoir pris le temps de me lire et surtout de m’écrire. Et comme tu dis le hasard n’existe pas.
      Bises à l’infinie

    1. merci, visiblement oui, j’ai fait deux rencontrent formidables grâce à ça, donc même pour deux pour moi j’ai tout gagné 🙂 Merci pour ton message

  7. Dieu merci aujourd’hui tu peux mettre un nom à ta maladie et continuer d’aller de l’avant. Quel bonheur d’avoir Dieu pour guide et sauveur il nous la force pour traverser et enjamber les obstacles qu’on soit enfant ados ou adultes ils comprends notre langage quand parfois personne ne nous comprends et même nos pleurs qui sont aussi un langage pour lui
    Merci Kmille pour ce fort moment d’émotion

  8. Bonsoir Kamille, je trouve ton article assez édifiant et il me donne à réfléchir. Ton explication de la maladie est claire et il faut que d’avantage de femmes prennent conscience qu’il n’est pas normal d’avoir des douleurs horribles comme tu les décris pendant leur règles. Tu es une grande battante et je trouve géniale ta démarche de faire passer des messages aussi forts à travers ce blog.
    Continue ainsi, tu es princesse de l’Éternel.

  9. Ton histoire est très emouvante et tu expliques très bien cette maladie méconnue de beaucoup de femmes.
    Elle peut toucher n importe quelle personne de notre entourage, il daut sensibilisé les femmes sur cette maladie.
    Tu es une femme forte et pleine d’énergie au lieu de t apitoyer sur ton sort tu as préféré raconter ton histoire et je trouve ça formidable.
    Je te souhaite le meilleur et surtout que tes projets aboutissent.
    Un bisou de ton amie Potter.

  10. Bonsoir Camille.
    Très jolie ton article, il est très bien écrit. Je trouve que tu as un don pour l’écriture. Tu as réussi à nous présenter une maladie sérieuse et assez grave, dans une histoire légère avec une pointe d’humour. Oui, j’ai en effet souri à plusieurs reprise, on se laisse vite laisser emporter par ton récit qui se lit très vite =).
    C’est courageux à toi d’avoir partager une partie si intime de ta vie.
    Que Dieu continue à te bénir. Tu sais déjà que Jésus est avec toi, tous les jours jusqu’à la fin du monde. =)
    Bisous.

  11. Bonjour Kamille !
    Merci beaucoup d’en parler. Très courageux de ta part. Cependant nous devons en parler afin de sensibiliser !
    Sois bénie et encouragée !

  12. Tu as bien raison de témoigner, c’est important d’en parler pour que le plus de monde possible puisse savoir et, qui sait, que l’un d’entre eux trouve des méthodes plus efficaces à terme ! J’ai une petite cousine qui partage certains symptômes avec toi, et je n’avais jamais vu une petite fille aussi courageuse, pleine de vie et optimiste ! Et je me dis qu’il est là le secret du bonheur : il n’est pas dans ce que la vie donne ou ne donne pas à certains. Il est dans le sens qu’on décide de lui donner ! Comment expliquer sinon que des personnes sans aucune complication médicale ni même monétaire ou sociale puissent malgré tout faire l’expérience d’un désespoir qui les poussent à la tragédie ? C’est pour cette raison que je pense que tu as bien raison d’être optimiste et enjouée comme tu l’es ! Et que rien n’arrive par hasard ! ^^ Je te fais de gros gros bisous !

    1. Merci ton commentaire est très touchant, merci je suis heureuse de le lire tu ne sais pas à quel point car en écrivant ce type d’article tu as toujours peur d’être jugée (bien que je m’en fiche) mais c’est un sujet délicat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.