La migraine, mon « amie » la plus fidele (malheureusement)

Hej,

J’espère que tu vas bien ? Que tu as passé une très bonne semaine (ou du moins un bon début de semaine) ! Je suis en préparatif d’anniversaire de mariage, et l’ouverture de ma belle aventure commence à prendre son sens… Si tu es super curieuse, je t’invite à aller voir le jeudi 07 juin 2018 ma page K-A Design…. Cette aventure, ce défi de vie, m’a bien donné souvent mal à la tête… Pas un petit mal de tête, une vraie migraine. La photo du dessous représente mon crane quand j’ai mal.

Ça fait longtemps que je dois prendre mon temps pour écrire sur le sujet. Nombre de personne s’imagine que la migraine est la meilleure amie du malade imaginaire, ou encore un simple prétexte pour ne pas faire les choses qu’on a pas envie de faire. Et ben non, je peux te dire, étant moi-même une vraie migraineuse suite à ma pathologie (si tu es encore plus curieuse, va dans la barre de recherche et tape le mot endométriose).

Sur toute la période de mon adolescence, j’ai eu beaucoup de difficulté à géré ce problème. Il est hyper difficile de dire à ses amis, désolée je ne viens pas j’ai mal à la tête…

Je pense avoir à quelque chose prêt tout essayé : médecine douce, acuponcture, médecine traditionnelle, les plantes…

Elle a fait partie de mon quotidien pendant plus de 20 ans, dans tous les moments importants elle était là dans les bons, comme dans les mauvais moments. Une vrai migraineuse a mal à la tête même dans les bons moments malheureusement. J’ai découvert que l’élément déclencheur de MA migraine, c’est le stress, le bon comme le mauvais) !

Déjà, comment faire la différence entre un mal de tête et une migraine ?

Le mal de tête donne une sensation au niveau de la tête, d’être compressée par une bande élastique, il est provoqué par la contraction des muscles de la tête et du collet, il dure en général de 1h à 2h max.

La migraine se caractérise par des douleurs modérées à sévères sous forme de palpitation au front ou sur un côté de la tête. Elle peut être persistante et durer jusqu’à 3 jours… si si, j’ai déjà eu. Et crois-moi à chaque fois j’ai l’impression que 6 ou 7 farfadets et trolls font la fête dans ma tête.

J’ai appris telle une dompteuse de lion, à « amadouer » MA migraine, aujourd’hui je peux aller bosser et vivre normalement. Alors qu’une autre personne serait assommée au fond de son lit, j’ai décider de prendre les choses à bras le corps (maintenant que j’ai identifié l’élément déclencheur).

Pendant longtemps, l’obligation de s’expliquer ! Alors qu’aujourd’hui la blague « je ne peux pas j’ai licorne », (moi c’était : « je ne peux pas j’ai migraine »).

Pour beaucoup de personnes la migraine est un bon prétexte, je vois encore les regards des gens qui ne savent pas et ne comprennent pas comment on peut annuler un restaurant/une soirée/un rdv à cause d’un banal mal de crâne (à leurs yeux)… j’ai souvent entendu : tu pourrais faire un effort !

Ou encore, quand tu as du mal à travailler, car le simple fait de regarder ton écran te pète la rétine à cause de sa luminosité, tu sais celle qui traverse ton oeil et te foudroie comme les lasers dans Dragon Ball Z..

Ou bien, quand l’ibuprofène, le doliprane/propofan/dafalgan/spifen ne fonctionnent pas et que tu dois prendre des médocs dont tu n’as jamais entendu parler comme : isimig/zomig/sumatriptans/triptans/zolmitriptans (et oui, ces noms n’ont rien à voir avec « au pays de Candy » —Puis quand ça fonctionne pas, tu essaies les huiles essentielles (car tout le monde te dis, ben tu as pas essayé, tu verras ça fonctionne, mieux que tout le reste…une belle C……..)

Franchement, j’entends parfois des gens dire que leurs enfants les rendent fou ! Cette douleur là, crois-moi, elle est tellement intense qu’elle te donne l’envie de t’arracher les yeux avec une petite cuillère (genre ça sera moins douloureux).

Quand on a des migraines, on apprend à vivre avec et à supporter des seuils de douleur et on passe des caps (avec le temps).

Comment je suis arrivée à vivre avec : la gestion de mon stress par :

  • Des exercices de respiration
  • La relaxation
  • Le yoga
  • Et l’alimentation (suppression du sucre)
  • La gestion de mon temps

Et surtout, j’ai appris à relativiser.

Alors soyons clairs, il n’y pas de remède miracle, juste un moyen de vivre avec et de s’adapter.

Surtout qu’avec ma maladie, j’ai tellement pris de médicaments que j’ai voulu me sevrer…donc juste de l’aspirine pour commencer. Au début j’avais peur, parce que soigner une vraie migraine avec de l’aspirine, c’est juste une pure utopie… et puis, j’ai eu de la chance mes migraines se sont espacées. Chance ou tout ce que j’ai mis en place plus haut ?

Avec le temps, j’ai donc été désintoxiquée ! pas de médicaments, rien de rien… les crises sont restées loin de moi, tout du moins durant un certain temps, et là, elles sont de retour… oui mais comme j’ai été désintoxiquée, c’est comme si mon corps était tout neuf et donc pendant quelques mois, pour soigner des crises, un petit Spifen fonctionne…

Depuis quelques semaines, elles sont revenues en force… mais avant de prendre un médoc, j’essaye d’autres méthodes : le thé de menthe poivrée, une douche froide ou chaude, du repos, une bonne glace (si si je te promets ça fonctionne) … je tente le tout pour le tout, pour ne pas reprendre des médicaments forts, pour éviter les piquouses !!!!

Je sais aujourd’hui, plus que jamais, que mes migraines, sont et resteront, mes « amies » les plus fidèles… (malheureusement j’ai pas besoin d’elles).

Si toi aussi tu fais partie de la grande famille des migraineux, j’attends ton retour, toutes les expériences sont bonnes à lire.

Dans la Bulle de Kamille

You may also like

8 commentaires

  1. Salut Kamille!

    Que de point commun entre toi et moi. J’ai reçu l’héritage des femmes du coté maternel: les magnifiques migraines. J’ai été hospitalisé à cause de ça dans l’adolescence ( erf 15 jours en pédiatrie!!)
    Je te comprends tant…avoir mal au point de voir des petites lumières dans le noir -_-
    Tu as bien raison, les règles hygiéno-diététique change tout ! Durant mes périodes de migraine c’est (normalement) : zéro chocolat, zéro fromage, zéro oléagineux, pas de glutamate et beaucoup d’eau! ( bien sur je ne respecte rien et subit en silence mdr)

    Merci pour ce partage ! Bon courage pour cette période de migraine!

    1. Merci à toi, je gère assez bien maintenant, c’est valabe dans mon cas mais il faut penser à toutes les personnes qui en souffrent et qui n’ont pas de solution…Aille

  2. Hello Kamille,
    Alors les gens qui ne comprennent pas que tu ne viennes pas ou autre, car tu as la migraine, sont les mêmes qui disent « j’ai une migraine » alors qu’ils ont un simple mal de crâne, et donc ne peuvent pas comprendre puisqu’il n’en ont jamais eu; avant je n’étais pas migraineuse, et depuis quelques années j’ai expérimenté ça et punaise, je sais d’autant plus faire la différence… c’est tellement handicapant 🙁 j’avais une amie qui a également l’endométriose, qui était migraineuse, au lycée, et c’est là que j’ai compris ce que c’était une migraine, c’était terrible et ça m’avait fait mal au coeur de la voir comme ça (je tentais de passer la voir, mais elle avait même du mal à marcher), enfin en tout cas je compatis ! x

    1. Hello ma belle
      merci beaucoup d’être venue lire mon article et merci pour ton top commentaire, c’est très gentil
      passe une top méga journée

  3. Comme je compatis.. Cela fait des années que j’ai des migraines … Surtout en période hormonale ou en période de stress et comme tu le dis, la migraine n’a rien à voir avec un petit mot de tête.
    Les gens ne comprennent pas cette douleur…
    Pendant les crises 2 à 3 jours, je me trimballe en lunettes de soleil à la Beyoncé (comme me dit mon mari) du matin au soir même dans la maison…. Juste horrible et envie que cela se termine!
    Mais comme toi, je fais avec et c’est très handicapant au quotidien donc je te comprend…
    merci pour cet article qui m’a donné de nouvelles pistes. Bises et bonne continuation!

  4. Coucou Kamille, rien qu’en lisant ton article j’ai eu mal à la tête.
    J’ai une amie à moi qui souffre affreusement de migraines et elle a tout essayé jusqu’à aujourd’hui, c’est un mal qui touche beaucoup de femmes. Je n’en fais pas partie, mais je compatis sincèrement avec vous toutes.
    Courage ma belle, et ton article aidera sûrement celles qui sont touchées.
    Bisous

    1. Hello Nina, oui malheureusement c’est un fléau, heureusement il y a des paliatifs, bien que pas pour tout le monde…Je souhaite bien du courage à toutes les filles à qui ça arrive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.